H. Cohen, P. Natorp, E. Cassirer, H. Rickert, W. Windelband, E. Lask, J. Cohn : Néokantismes et théorie de la connaissance
(recueil de textes traduits sous la direction de Marc de Launay, avec la collaboration de Éric Dufour, Carole Prompsy, Jean Seidengart, Isabelle Thomas-Fogiel, Paris, Vrin, 2000)

 

"Les différents courants néokantiens qui ont dominé la scène philosophique allemande au tournant du siècle ont partagé une commune volonté de fonder à nouveau la philosophie sur une logique afin de lui redonner un statut que semblaient menacer les développements des sciences positives et la volonté hégémonique de la psychologie. Ces auteurs, trop longtemps méconnus en France (tous les textes de ce recueil sont pour la première fois traduits), méritent, comme c'est le cas en Allemagne et aux États-Unis d'être de nouveau partie prenante de la discussion.
Qu'il s'agisse de l'Ecole de Marbourg -- Hermann Cohen, Paul Natorp et Ernst Cassirer -- ou de celle de Bade -- Wilhelm Windelband, Heinrich Rickert, Emil Lask, Jonas Cohn --, l'objectif premier de ces penseurs est de montrer que la philosophie est bien une "science rigoureuse". Plutôt que d'une nostalgie pour le grand génie de Königsberg, leur relecture de Kant témoigne davantage du souci de renouer avec une tradition où science et philosophie ne suivaient pas des voies si spécifiques qu'elles en devenaient distinctes, voire opposées. D'ailleurs, cette relecture est, en réalité, une refonte ou une critique de Kant, et, au sein même des différentes "écoles", ce n'est nullement l'unanimité qui règne ; au contraire, et même si, à Marbourg, on s'attache plus spécifiquement aux sciences mathématiques et physiques, tandis qu'à Heidelberg ce sont plutôt les sciences morales et d'abord l'histoire qui sont souvent évoquées; les textes rassemblés ici font apparaître une grande diversité d'intentions et de démarches."

 

mes autres traductions